Prévenir la perte d’autonomie grâce à l’aménagement du domicile

28 janvier 2020

Selon une étude de l’INSEE (Institut National de la Statistique et des Études Économiques), le nombre de seniors dépendants de plus de 75 ans devrait augmenter de 60 % d’ici 2040. Dans ce contexte de vieillissement de la population, les questions de la perte l’autonomie et de l’hébergement senior apparaissent stratégiques. Or, si la majorité des personnes âgées indique souhaiter vieillir à domicile, l’avancée en âge entraîne certains troubles et pathologies requérant des adaptations du logement.

 

Anticiper la perte d’autonomie

Attachés à leurs habitudes, à leur cercle social ainsi qu’à leurs souvenirs, nombreux sont les seniors souhaitant demeurer chez eux le plus longtemps possible. Selon une étude de 2019 de l’IFOP (Institut Français d’Opinion Publique), pour 85 % des personnes âgées interrogées, bien vieillir se fait à domicile. Onéreux, dotés d’un nombre de places limité, les EHPAD (Établissement pour Personnes Âgées Dépendantes) souffrent par ailleurs d’une image négative. Si cette intention de vieillir chez soi se comprend tout à fait, elle se heurte parfois aux conséquences de l’avancée en âge. Le vieillissement s’accompagne en effet très souvent de troubles de la motricité et de perte d’autonomie.

 

Ainsi, afin de bien vieillir à domicile, il apparaît primordial d’anticiper une éventuelle situation de dépendance. Plusieurs solutions simples à mettre en œuvre permettent ainsi de pallier les incapacités susceptibles d’apparaître avec le temps. Faire appel à un service d’aide à domicile permet par exemple de garantir au senior un soutien dans les gestes essentiels du quotidien devenus trop complexes à effectuer seul (courses, préparation des repas, toilette, habillage…). Un outil comme la téléassistance permet également de sécuriser les personnes âgées isolées, notamment en cas de chute. Facteur majeur du maintien à domicile, l’aménagement du logement ne doit pas être négligé. Ainsi en fonction de la configuration de votre habitat (présence d’un escalier, de volets lourds, d’une baignoire haute…), il convient de réfléchir aux gestes et actions qui deviendront difficiles voire impossibles à réaliser avec l’avancée en âge et l’apparition d’une éventuelle pathologie.

 

Adapter son logement, un indispensable du maintien à domicile

Agencer et repenser son logement apparaît incontournable pour continuer à vivre en toute sécurité chez soi. Afin de répondre aux besoins et aux attentes des aînés, un grand nombre de solutions ont été développées pour bien vieillir chez soi.

Considérée comme une pièce indispensable, la salle de bain est également le théâtre de nombreuses chutes, en particulier chez les seniors. 46 % des accidents se déroulent en effet dans cette pièce. Pour un maintien à domicile exempt de risques, la salle de bain se doit d’être aménagée en conséquence. Pensées pour s’adapter aux problématiques seniors et prévenir les glissades, les douches sécurisées sont équipées d’un revêtement anti-antidérapant, de barres de maintien, d’un siège escamotable, d’une ouverture large et d’un seuil d’entrée bas.

Pour les personnes souhaitant continuer à profiter du plaisir d’un bain, certaines sociétés proposent également des baignoires avec porte évitant à l’utilisateur d’avoir à enjamber l’équipement. Déclinées dans différentes configurations –baignoire douche à porte, baignoire sabot à porte, baignoire à porte couchée–, il est nécessaire de bien appréhender ses besoins avant d’en faire l’acquisition.

Pour les personnes âgées rencontrant des difficultés pour accéder à l’étage de leur domicile, l’installation d’un monte escalier se révèle idéale. S’adaptant aux caractéristiques de votre escalier, ce dispositif ergonomique et fonctionnel permet de monter et descendre les marches sans efforts.

Si le logement comporte plusieurs étages, l’aménagement d’un ascenseur de maison s’avère également une excellente solution. Gage de confort et de praticité, les ascenseurs privatifs offrent une accessibilité maximale pour un confort optimum. Décliné dans diverses formules pour s’adapter à la configuration de votre logement, votre ascenseur privatif peut être conçu avec une gaine fermée en maçonnerie ou avec une structure autoportante en l’absence du mur porteur. Plus d’informations sur les ascenseurs de maison ici.

 

Financer le maintien à domicile

Si anticiper la perte d’autonomie est primordiale, l’adaptation du logement nécessite un investissement conséquent. Plusieurs aides financières visant à accompagner les personnes âgées dans leur maintien à domicile ont, à ce titre, été mises en place par les pouvoirs publics.

Attribuée à la suite de l’évaluation d’une perte d’autonomie aux personnes de plus de 60 ans, l’Allocation Personnalisée d’Autonomie (APA) permet de financer des travaux pour l’aménagement du logement. En cas de situation de handicap, la Prestation de Compensation du Handicap (PCH) offre également des aides pour agencer son domicile.

D’autres organismes comme l’Agence nationale de l’habitat (Anah), la Caisse Nationale de l’Assurance Vieillesse (CNAV) ainsi que les caisses de retraite complémentaire offrent des subventions pour réaliser des travaux d’adaptation au logement.

On note également que plusieurs équipements spécifiques au maintien à domicile bénéficient d’un crédit d’impôt de 25 % ainsi que d’une TVA réduite (monte escalier, douche sécurisée, ascenseur de maison).

Les commentaires sont fermés.

Autorisé et tarifé par le
Conseil départemental

Interventions
24h/24 et 7j./7

Transport de
personnes handicapées

Continuité
de services

Appel en cours, veuillez patienter.