État des lieux des connaissances sur le Trouble du spectre de l’autisme

6 juillet 2020

Les troubles du spectre de l’autisme sont un ensemble de symptômes perçus comme des troubles du développement précoces qui se manifestent dès l’enfance par des spécificités dans la communication, ainsi que par des intérêts et comportements répétitifs.

Mettre à jour les origines de l’autisme est devenu un véritable challenge pour l’ensemble du monde scientifique. Le problème est complexe, car les troubles du spectre de l’autisme sont des syndromes composés de symptômes aux origines diverses. Aujourd’hui, les avis de la communauté scientifique concordent sur le fait que l’autisme est le résultat de facteurs environnementaux ou génétiques, voir des deux à la fois.

Les facteurs environnementaux

Parmi les facteurs pouvant provoquer des troubles du spectre de l’autisme, on pourrait trouver leur origine dans les conditions de vie de la future mère durant sa grossesse, mais aussi dans de possibles pathologies prénatales, d’éventuelles consommations d’alcool, de surmédicamentation ou bien encore dans les conditions d’accouchement.

Des études scientifiques ont ainsi démontré que des carences alimentaires pourraient être à l’origine des troubles autistiques. On peut aussi noter un nombre important d’études qui ont établi des liens entre les mères qui avaient contracté des maladies infantiles durant leur grossesse et le fait qu’elles mettent au monde des enfants atteint d’autisme.

De nombreuses composantes peuvent aussi entrer en considération, mais il est compliqué d’établir formellement un lien de cause à effet entre ces complications et la manifestation des symptômes autistiques. Cependant, on a pu constater un lien entre autisme et lésion cérébrale précoce. Cependant, cette hypothèse reste encore à démontrer scientifiquement, de nombreuses études sont menées en ce sens.

Les facteurs génétiques

Avec les progrès fulgurants de la génétique depuis un quart de siècle, ce facteur ne peut plus être mis de côté pour expliquer les origines de l’autisme. L’exemple des jumeaux montre qu’il y a une probabilité que les deux enfants soient autistes dans le cas de vrais jumeaux alors que dans le cas de faux jumeaux le risque est beaucoup plus réduit. Or, nous savons que les vrais jumeaux ont en commun le même génome.

On sait aujourd’hui, grâce au progrès de la recherche dans ce domaine, que le chromosome X est porteur de “gènes d’autisme”, et que de ce fait les garçons sont beaucoup plus touchés comparativement que les filles.

Il n’existe donc pas un gène unique, mais plusieurs gènes responsables de l’autisme.

Aujourd’hui, il est démontré que les origines de l’autisme ne sont pas dues à l’approche pédagogique des parents. Malgré tout, ils endossent souvent le poids de l’autisme de leur enfant comme s’ils en étaient les responsables directes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Autorisé et tarifé par le
Conseil départemental

Interventions
24h/24 et 7j./7

Transport de
personnes handicapées

Continuité
de services

Appel en cours, veuillez patienter.